Que se passe-t-il lorsqu’on achète des produits véganes de compagnies qui ne le sont pas?

Le véganisme est de plus en plus populaire et l’offre de produits véganes est en plein essor. Si bien, que même les grandes chaînes et les multinationales s’y mettent! On retrouve ainsi de plus en plus de produits véganes de qualité, accessibles et abordables. C’est génial, non?

Ce qui semble à priori être une bonne nouvelle sème toutefois une certaine méfiance au sein du mouvement végane. Cette question des produits véganes offerts par les grandes chaînes et les multinationales divise les gens et alimente plusieurs débats corsés sur les réseaux sociaux. Certaines personnes véganes vont même jusqu’au boycott de ces produits qui sont pourtant sans ingrédients d’origine animale!

Voilà un paradoxe très intéressant. L’une des motivations des véganes n’est-elle pas que les produits véganes soient populaires et éventuellement la norme?

***

Toutes les compagnies veulent notre argent

Ce n’est pas un secret : toutes les compagnies, qu’elles soient grandes ou petites, veulent faire du profit. Non seulement elles veulent, mais elles doivent faire du profit, sans quoi elles n’existeraient pas, tout simplement. Cela vaut également pour les compagnies qui ont les valeurs les plus nobles! Oui, oui, mêmes les compagnies véganes veulent nos sous!

En tant que consommatrices et consommateurs nous nous retrouvons avec un pouvoir énorme : quelles compagnies souhaitons-nous encourager avec nos achats?

D’entrée de jeu, je suis d’avis qu’il est important de prioriser les achats véganes dans des petits commerces de notre région, pour encourager l’économie locale et s’impliquer dans notre communauté. Tout comme je crois que nos achats de produits véganes et sans cruauté proposés par les grandes chaînes, ou les grandes compagnies, ont des conséquences très positives pour aider les animaux.

Disons que ma pensée a beaucoup évoluée ces dernières années! Au tout début de mon véganisme, je boycottais littéralement toutes les marques sans cruauté et véganes qui appartenaient à des multinationales. Je croyais que mes sous financeraient des compagnies qui font du tort aux animaux. Dans un sens, ce n’était pas complètement faux, mais ma réflexion manquait de perspective. Voici pourquoi.

L’accessibilité aux produits véganes 

D’abord, il faut considérer que ce n’est pas tout le monde qui peut acheter tous les produits essentiels (nourriture, produits d’hygiène) dans les commerces exclusivement véganes, que ce soit pour des raisons financières ou d’accessibilité. Exiger que tout bon végane achète uniquement des marques véganes dans des commerces spécialisés, c’est un peu comme de porter œillères : on regarde en avant sans considérer ce qui se passe autour. Pourtant, chaque personne a une réalité et des ressources qui lui sont bien personnelles. Il y a plusieurs façons de vivre le véganisme et elles se valent autant les unes que les autres pour aider la cause animale.

Aussi, il ne faut pas oublier que les produits véganes ne sont pas uniquement réservés aux véganes. Après tout, nous représentons environ 1% de la population au Canada. Ces produits sont également consommés par des millions de personnes qui souhaitent réduire leur consommation de produits animaux. Qu’on le veuille ou non, les réductionnistes contribuent énormément à la popularité des produits véganes et de surcroît, au mouvement végane! Plus la demande est grande pour un produit, plus les compagnies investissent pour l’offrir. Nous avons pu en avoir de beaux exemples récemment au Québec, avec la grande popularité de Beyond Meat et des yogourts végétaux de Maison Riviera, entre autres.

Les grandes compagnies doivent être nos alliées 

Qu’on soit en accord ou non avec certaines de leurs pratiques ou politiques d’entreprise, il faut garder en tête que les grandes compagnies ne sont pas les ennemies. Nous devons même les avoir de notre côté pour activer un réel changement vers des pratiques plus respectueuses des animaux et de l’environnement.

Aussi, rappelons-nous que ces multinationales ne prennent pas plaisir à torturer ou tuer des animaux – que ce soit à travers les tests cosmétiques sur les animaux ou en abattant des animaux pour la viande. Elles veulent simplement faire du profit. Si de nouvelles pratiques ou produits sans exploitation animale en venaient à leur rapporter autant d’argent, il ne fait aucun doute qu’elles emboîteraient le pas! Voilà pourquoi il est important de leur manifester notre intérêt pour qu’elles proposent ces options.

Lorsque nous achetons des produits véganes et sans cruauté des grandes marques, nous contribuons positivement au changement des pratiques et des mentalités. Nous envoyons un message clair que nous sommes heureuses et heureux que la compagnie propose des produits de qualité sans faire souffrir inutilement des animaux.

Finalement, j’estime que la clé pour maximiser notre pouvoir d’achat de produits véganes est de trouver un équilibre (qui cadre bien avec notre réalité financière!) entre nos achats véganes auprès des petites compagnies et ceux des grandes multinationales. Ainsi, on encourage autant l’économie végane locale que les bonnes initiatives des grandes entreprises, ce qui contribue à changer le portrait global de l’industrie.

Image de couverture : tirée du site web de Maison Riviera